Programme

L’Organisation pour la mise en Valeur du Fleuve Gambie (OMVG) est une institution sous-régionale qui regroupe quatre pays membres, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau et le Sénégal. Le Haut-Commissariat de l’OMVG est l’organe d’exécution des projets et programmes de développement intégré mis en œuvre par les quatres pays membres pour une exploitation rationnelle et harmonieuse des ressources hydroélectriques communes des bassins des fleuves Gambie, Kayanga Géba et Koliba-Corubal. Le 4 février 2017, à Kaléta en Guinée, l’OMVG a procédé au lancement de son ambitieux Projet energie. Ce projet prévoit la construction d’une ligne d’interconnexion reliant les réseaux électriques des quatre pays membres et d’un aménagement hydroélectrique à sambangalou au Sénégal.

lire la suite

Composantes

  • gestion environnementale

    La gestion environnementale et sociale

    Elaboration et mise en œuvre des documents et mesures de sauvegarde : étude d’impact environnemental et social (eies), Cadre Politique de Réinstallation (CPR), Plan d’action de Réinstallation (PaR) et Plan de Gestion environnementale et sociale (PGes)

    lire la suite

  • Aménagement hydroélectrique de Sambangalou

    Aménagement hydroélectrique de Sambangalou (AHES)

    La durée de réalisation prévue est de 42 mois pour un coût estimé de 400 000 euros HT barrage situé en territoire sénégalais dans la région de Kédougou, d’une puissance de 128 MW capable de produire annuellement 402 GWH retenue de 181 km², à cheval entre le Sénégal et la Guinée effets bénéfiques escomptés avec le recul de la langue salée en Gambie, la régularisation du débit du fleuve Gambie, la réduction des inondations en aval potentiel d’irrigation de 90 000 Ha de terres agricoles dont 50 000 Ha en Gambie et 40 000 Ha au Sénégal.

    lire la suite

  • la ligne d’interconnexion

    la ligne d’interconnexion

    La durée de réalisation prévue est de 18 mois pour un coût estimé de 400 000 euros HT ligne de transport d’électricité 225 kV en boucle, équipée de 36 paires de fibre optique 1 677 km dont 183 km en Gambie, 575 km en Guinée, 218 km en Guinée bissau et 701 km au sénégal 15 postes de transformation haute et moyenne tension dont 2 en Gambie, 5 en Guinée, 4 en Guinée bissau et 4 au sénégal 2 centres de dispatching...

    lire la suite

Actualités

  • Gambie Kaiaf, un village Mandingue impacté

    15 sep 2021

    Le Projet Energie de l’OMVG déploie ses ailes. Partout dans les zones traversées visitées, les habitants manifestent leur bonheur avec l’espoir d’avoir bientôt accès à l’électricité. En territoire gambien, dans le village Mandingue de Kaiaf, qui fait partie des zones impactées, les habitants saluent le Projet.
    Kaiaf est un grand bourg. Mais quel village ! Ses 4 000 habitants ont dû faire du respect de l’environnement leur priorité communautaire. Pour la vie. Toute une vie. Kaiaf respire la propreté. Aucune ordure ne traine. Les concessions ainsi que les rues, coins et recoins du village sont d’une propreté exemplaire. Certaines maisons sont construites en ciment, d’autres en banco. Leur particularité. Elles sont toutes spacieuses. Kaiaf bénéficie également d’un marché moderne bien carrelé où la propreté est également de rigueur.
    Village de confession musulmane, la mosquée trône au cœur de ce gros bourg. Il bénéficie également d’un centre de santé qui a été installé, d’après le chef de village, Jalamang Saneh, depuis plusieurs décennies. 
    Dans cette bourgade, une seule langue prévaut. Les habitants sont tous de l’ethnie Mandingue. Quand le chef du village, bien installé dans un coin de sa concession, aperçoit l’équipe du Projet Energie , il gratifie ses visiteurs d’un large sourire tout en s’épanchant sur le côté positif d’un tel projet.

    « Vous ne réalisez pas l’importance de votre projet pour notre village. L’accès à l’électricité était notre plus grand problème. Depuis des décennies, nous vivons dans le noir. Ce qui est anormal pour un si grand village »
    Chef du village de Kaiaf

    Impacté par les travaux, Kaiaf ne se plaint pas pour autant. « Ceux qui ont été impactés par les travaux ont été indemnisés et continuent toujours à labourer leurs champs en attendant l’arrivée des travaux. Je pense qu’on ne peut que saluer ce Projet. Nous sommes impatients d’avoir l’électricité et trouver ainsi une solution au problème de l’électricité de notre Centre de santé. Pour l’heure, nous dépendons de l’énergie solaire pour avoir de l’électricité lors de certaines interventions médicales. Avec ce Projet, ces difficultés seront de vieux souvenirs », espère le vieil homme qui n’a pas manqué de souligner que le Projet Energie a touché une partie de leur lieu de culte ancestral. 
    Le site, appelé Matankara, se trouve au cœur de la brousse à une dizaine de kilomètres du village. C’est au niveau de cet emplacement mythique que les enfants sont initiés à la vie des hommes. L’espace est communément appelé la « Case des hommes ». Une façon pour le sage du village d’appeler les initiateurs du Projet à préserver cet espace chargé d’histoire.

    Lire la suite

  • Gambie, Des indemnisations et des bâtiments reconstruits à Nioro Jarrol

    15 sep 2021

    A Nioro Jarrol, les concessions sont traversées par les pylônes et les voies d’accès du Projet Energie. Dans ce petit bourg, situé dans la région de Soma, sous l’axe de la ligne d’interconnexion, ses habitants affichent doublement le sourire. En plus d’avoir été dédommagées, certaines personnes affectées par le Projet verront bientôt leurs concessions construites en dur. Et attendent désormais l’électricité pour pénétrer dans une ère de modernité.
    Nioro Jarrol est peu habité. C’est un hameau de dix concessions où vivent harmonieusement des wolofs, une minorité de Sérères et une unique famille Peul. A lui seul, ce périmètre villageois est un véritable brassage linguistique. Cependant, les habitants de Nioro Jarrol ne sont pas des autochtones. Ils ont été accueillis par les populations du village appelé Nioro. Les terres qu’ils occupent leur ont été en quelque sorte « prêtées ». Cultivateurs, ils ont quitté le village de Bassé dans le Fuladu pour s’installer dans ce hameau et vivre de l’agriculture. Les pylônes et pistes d’accès du Projet Energie devant impacter quelques-unes de leurs concessions sommaires, ils seront compensés à cet effet. Aladji Suaar est de ces impactés et c’est avec joie qu’il raconte cet acte qui a beaucoup changé sa vie. 

    « Nous n’avons jamais connu l’électricité. Nous n’avons même pas accès à l’énergie solaire comme dans certains villages du pays. Nous avons toujours vécu dans une totale obscurité. Ce Projet vient à son heure. Ce sera un grand soulagement pour nous d’avoir l’électricité dans nos maisons »

    Pour leurs mesures de compensation, les habitants de ce petit hameau ne se plaignent pas non plus. Et ce, dès lors qu’ils ont été beaucoup soutenus par le Projet Energie de l’OMVG. A quelques mètres de la concession de Aladji Suaar, se trouve celle de Balla Diop. La quarantaine, comme son voisin, il tire ses revenus de ses activités champêtres. Il accueille ses hôtes avec beaucoup d’hospitalité. Son bâtiment construit en banco sera surplombé par la ligne. Aussi, le Projet a prévu de lui construire un autre bâtiment en dur, en plus de la compensation déjà reçue. « Je n’ai pas de mots pour remercier le Projet Energie. Le seul fait d’avoir l’opportunité d’accéder à l’électricité est une perspective extraordinaire. Mais le Projet ne s’est pas limité à cela. En plus de ces commodités, le Projet a construit de nouveaux bâtiments en dur sans qu’on ne dépense un seul sou. Le Projet a tout pris en charge. Nous sommes aujourd’hui impatients d’accéder à l’électricité dans le village », se réjouit-il. Malick Sall, qui fait également partie des impactés de Nioro Jarrol, a été indemnisé deux fois. Sur les trois bâtiments composant sa maison, deux seront traversés par le Projet. « Tout le monde est content dans notre village. Il n’y a aucune maison touchée qui n’a pas reçu de compensations. Nous sommes une population d’environ 100 personnes. L’électricité dans le village ne sera que bénéfique. Nous demandons juste que le Projet soutienne nos femmes qui veulent faire du jardinage et autres activités génératrices de revenus. Elles ont besoin d’aide pour développer leurs activités », souhaite-t-il.
     

    Lire la suite

  • Gambie, Kambagal, en attendant l’électricité...

    15 sep 2021

    Majoritairement habité par des Mandingues et des Diolas, le village de Kambagal vit essentiellement de la culture de l’arachide, du riz et d’autres cultures comme le bissap. Ce gros village espère un avenir meilleur avec l’arrivée de l’électricité et pouvoir sortir ainsi de la précarité ralentit son développement.
    Il est 15 heures. Un calme lourd pèse sur le village de Kambagal. Les villageois se reposent d’une demi-journée de travail. Pour fuir le soleil, certains se réfugient dans leurs modestes concessions. Assises à l’ombre d’un arbre, trois vieilles dames décortiquent le bissap, pendant qu’une autre, la trentaine, les aide dans le travail. « On vend du bissap durant cette période pour se faire un peu d’argent et nourrir nos familles », confie une des vieilles dames, le visage complètement ridé par les rudes épreuves de la vie. Interrogées sur l’importance du Projet Energie de l’OMVG, les trois vieilles dames sont unanimes là-dessus. « Nous sommes impatientes de voir l’électricité arriver car nous avons vécu durant toutes ces années sans cette commodité », disent-elles en chœur. 
    A quelques pas de ces braves dames, le patriarche du village, une pipe à la main, se repose devant sa véranda. Il vient de rentrer de son champ qu’il défrichait, les habits complètement couverts de poussière. Interpellé sur le Projet Energie, le Chef de village Jajah Manga n’a pas manqué de manifester son enthousiasme avec la perspective de voir le village sortir de l’obscurité des longues nuits. « Nous sommes très contents et impatients de voir notre village bénéficier de l’électricité au grand bonheur de ses habitants », déclare le septuagénaire qui, en sa qualité de Chef de village, témoigne que toutes les personnes impactées du village ont été dédommagées.

    « Le projet a touché mon champ et j’ai été indemnisé. Avoir l’électricité est plus important aujourd’hui que les pertes engendrées. Le développement commence d’abord par l’électrification de nos hameaux »
     

    Lire la suite

  • Aux côtés des communautés en... Gambie Fanding Baldé, un gros producteur impacté par le projet

    15 sep 2021

    Fanding Baldé est un gros producteur de fruits et légumes dans le village de Bassori en Gambie. Sa ferme de près de 20 ha a été impactée et à ce titre, Fanding a été indemnisé à sa grande satisfaction.  Fanding est très content de l’arrivée du Projet Energie dans sa localité et manifeste sa détermination à l’accompagner, tout heureux de voir sa communauté accéder à l’électricité !
    Ce mardi 22 décembre, le soleil importunait les visiteurs, citadins que nous sommes. Il faisait 14 heures quand nous pénétrions dans le verger de cet homme affable et qui fait corps avec ses employés pour s’assurer une belle production. Fanding Baldé, c’est son nom, est ce qu’on peut appeler un homme de la brousse. C’est son territoire. Une canne à la main, il la soulève et la pointe fièrement vers l’horizon pour montrer l’étendue de ses terres. Il connait chaque acre de terrain et s’y épanouit chaque jour. Il y tire également sa subsistance. Il exploite un verger de 19 hectares. 
    Pendant que certains tentent de chercher la richesse sur les périlleuses routes et voies maritimes de l’émigration clandestine, lui est déjà un grand producteur. Dans sa ferme, il cultive bananiers, orangers, fromagers, cocotiers, ananas, anacardiers, avocats, citronniers, papayers, etc. Bref une gamme variée de fruits qui lui procure des revenus consistants. Il emploie plusieurs jeunes qui y gagnent dignement leur vie. « J’emploie beaucoup de gens pour l’exploitation de mes terres. Le travail se fait dans une franche camaraderie et chacun reçoit sa part de la récolte », dit d’emblée Fanding, dévoilant tout son bonheur d’exploiter ces terres.

    Fanding est un homme heureux qui distille ce bonheur à ses employés. Sur ses 19 hectares de terres, 2 hectares ont été affectés par le Projet Energie de l’OMGV. Cependant, plutôt que de se plaindre, le jeune producteur salue l’initiative qui va permettre de développer sa communauté. Il est conscient que là où l’électricité est accessible, le développement et le progrès sont au rendez-vous. 
    Les ambitions de Fanding ne s’arrêtent pas à l’exploitation de ce verger. Il a d’ailleurs un autre champ de 100 ha qu’il compte exploiter prochainement. « On peut réussir tout en restant dans nos villages. Car il y a de l’espace et des opportunités pour le développement de la région. J’ai un autre périmètre de 100 ha pour le maraîchage. J’attends toujours que mes voisins producteurs finissent d’écouler leurs produits avant de mettre les miens sur le marché », dit-il, le sourire en coin. Dévoilant ainsi sa technique de marketing et son talent de businessman. Son village s’appelle Basori.

    « Je n’ai vraiment aucune réticence vis-à-vis du Projet Energie de l’OMVG. C’est une excellente initiative. J’ai même été indemnisé à ma grande satisfaction. Mais le plus important pour moi, c’est de voir notre village et ceux avoisinants bénéficier de l’électricité. Ce serait un plus pour la communauté. On ne peut contester ou refuser une telle action de développement »
    Fanding Baldé

    Lire la suite

  • Guinée-bissau, Bantandiang Mandika, une vie meilleure en vue

    15 sep 2021

    En Guinée-Bissau, l’espoir de vivre dans un environnement électrifié enchante les villages riverains de la ligne d’interconnexion du Projet Energie de l’OMVG.

    Lire la suite

  • Guinée-bissau, Koussanar se modernise

    13 sep 2021

    En Guinée-Bissau, l’espoir de vivre dans un environnement électrifié enchante les villages riverains de la ligne d’interconnexion du Projet Energie de l’OMVG.

    Lire la suite

Gambie Kaiaf, un village Mandingue impacté

Gambie, Des indemnisations et des bâtiments reconstruits à Nioro Jarrol

Gambie, Kambagal, en attendant l’électricité...

Aux côtés des communautés en... Gambie Fanding Baldé, un gros producteur impacté par le projet

Guinée-bissau Saltinho, une localité prête à sortir de l’obscurité

Guinée-bissau Ndane Lero, de l’énergie pour changer la vie d’un village

Guinée-bissau, Koussanar se modernise

Guinée-bissau, Bantandiang Mandika, une vie meilleure en vue

À LA DÉCOUVERTE ... du village de Ségou, si près et si loin de Kédougou !

C’EST LA VIE ! Riposte COVID-19, le Projet Énergie et ses contractants s’adaptent et en témoignent